Uriah Heep - Official Web Site





 

 


France, 19.06.2008

La voici enfin cette galette tant attendue ! Et pour un Français, se la procurer auprès des disquaires relève de l'exploirt voire de l'utopie. La France reste donc une terre de mission pour le groupe alors que les fans sont là et se languissent d'un concert héxagonal. C'est donc via le net et l'Allemagne que j'ai acheté le précieux sésame. Et alors là mes enfants, place au sublime !

Cela commence par le livret lui-même, remarquablement réalisé. Les photos des "héros" révèlent tout ce qui caractérise Uriah Heep : puissance, maturité, classe, calme avant la tempête. Je referme le livret sur ces hommes en noir aux faciès sans concession, on se dit que ça va saigner et cogner et qu'il est temps de réveiller ceux qui dorment encore, et ils sont nombreux en France !

Le casque vissé sur la tête, agréablement installé dans le fauteuil, je reçois de plein fouet :
1. la puissance phénoménale de Russell Gilbrook qui apporte à l'ensemble de l'album une dimension inouïe. Le final d'Overload est éblouissant !
2. la maestria de Mick Box qui explore de nouveaux horizons de manière plus que tranchante et rassure avec des riffs et solos heepiens de belle volée.
3. l'illustrissime prestation de Phil Lanzon qui intégre l'orgue et ses sonorités démoniaques au coeur d'un ensemble sans faille.
4. la prestation magistrale de Trevor Bolder ( j'ai un faible pour son jeu, je l'avoue ) dont les solos et les descentes de manche rappellent à tous les amoureux de la basse que l'on peut produire du heavy metal de grande qualité sans massacrer et étouffer sous le bruit la sensualité de la quatre cordes.
5. la sonorité plus grave, plus rauque de la voix de Bernie Shaw qui allie toujours avec autant d'élégance et de talent des vocalises suaves et incisives.
6. une très bonne production de Mike Paxman et la grande qualité technique de l'équipe d'enregistrement. Qu'ils en soient remerciés.

Ok, je suis un vieux fan quadragénaire indeffectible amoureux de ce groupe. Je sais aussi ne pas être tendre avec les discographies passées mais là, force est de constater que c'est du TRES GRAND URIAH HEEP. What Kind of God est une pièce, un chef d'ouevre intégral : tempo lancinant de Russel sur lequel se greffent un travail remarquable de Phil et Trévor. Bernie est sensationnel. C'est d'une grande beauté et que dire du final ? Mick vient déposer sa classe dans un feu d'artifice digne d'un 14 juillet. J'en pleure encore ! WTS représente donc onze morceaux d'anthologie que j'aimerais entendre en concert. En France ? On peut toujours rêver, attendre et mourir. Alors fans d'UH en France, envoyez vos messages de soutien au groupe et rendez-vous à l'Astoria, aux Pays-bas, en Allemagne, en Suisse, chez nos voisins où le rock a encore une âme.

 


Copyright © 1996-2014 www.uriah-heep.com. All rights reserved.